Affichage de 19522 résultats

Personne/organisation

Law, Bill

  • Personne
  • Inconnu

William Law est un ingénieur aéronautique qui a obtenu son brevet de pilote privé en 1947. Il a obtenu son baccalauréat ès sciences (ingénierie mécanique) à l’Université Queen’s en 1950. Il a commencé sa carrière à la compagnie Spartan Air Services, également en 1950. Il a plus tard été nommé au poste de chef de la division de l’ingénierie et de la recherche, où il était responsable des modifications aux aéronefs pour les relevés aériens. En 1957, il a accepté le poste d’ingénieur chercheur principal, projets spéciaux, à la compagnie de Havilland Aircraft of Canada, où il s’est consacré à trois principaux projets : la mesure et l’analyse du bruit des aéronefs; la conception et la mise à l’essai de maquettes de souffleries et d’amerrissages forcés; et la conception de trains d’atterrissage à grande portance et la manœuvre d’aéronefs sur terrains non préparés. William Law a intégré le ministère des Transports de l’Ontario en 1972, où il était chef de la recherche en aéronautique civile et des projets spéciaux. Il a été responsable de la recherche et des enquêtes en appui à la planification et au développement du système de transport aérien civil en Ontario. Bien que M. Law ait pris sa retraite en 1976, il aurait continué de travailler pour le ministère en tant que consultant, par le biais de son entreprise, la firme Bill Law Consulting Services. Il a également travaillé au ministère comme ingénieur principal en aéronautique, agissant en tant qu’expert-conseil en ce qui concerne d’importantes initiatives fédérales en aviation qui auraient eu un impact dans la province.

Leblanc, Conrad, o.m.i.

  • Personne
  • 19 août 1909-22 août 1977

Leblanc, Conrad. Professeur et archiviste. Clarence Creek (Ont.), 19 août 1909 - Ottawa (Ont.), 22 août 1977. Fils d'Alexandre Leblanc et de Béatrice Guibord. Études à l'Université d'Ottawa, 1922-1930. Noviciat de Ville La Salle : entrée en août 1930; profession, août 1931. Scolasticat Saint-Joseph, Ottawa, profession perpétuelle, 1934. Ordonné prêtre à Ottawa, 24 juin 1935. École secondaire de l'Université d'Ottawa : professeur de français, 1936-1964; directeur des Débats français, 1943-1964. Archiviste : Université d'Ottawa, 1964-1967; maison L'Assomption à Ottawa, 1967-1977. Aumônier de la prison à Ottawa. Ordre du mérite scolaire, 1953. Source : Dictionnaire biographique des Oblats de Marie-Immaculée au Canada / Gaston Carrière, o.m.i. - Ottawa : Éditions de l'Université d'Ottawa, 1979, tome III, p. 316-317.

Lemaire, Michel

  • Personne
  • 1946 -

Lemaire, Michel. Professeur et auteur. Cibourne (Basses-Pyrénées, France), 1946 - . Arrivé au Canada en 1954. Études : B.A., Université de Montréal, 1965; licence d'enseignement des lettres modernes, Université de Caen (France), 1967; M.A., littérature française, Université de Montréal, thèse intitulée «La réflexion d'Albert Camus sur la création littéraire»; Ph.D., littérature française, Université de Montréal, thèse intitulée «Le dandysme de Baudelaire à Mallarmé». Professeur de français et de latin, Collège Stanislas (Montréal), 1967-1970; chargé de cours, Université du Québec à Montréal, Université de Montréal, Université d'Ottawa, 1975-1977; professeur, cégep Bois-de-Boulogne, Montréal, 1976-1978; professeur adjoint, Université d'Ottawa, Département des lettres françaises, 1978, et professeur agrégé depuis 1982. Publications : L'envers des choses, poèmes accompagnés de dix dessins de François de Lucy, 1976, 2e éd. 1993; Le dandysme de Baudelaire à Mallarmé, 1978; Cavalier d'ennui, nouvelles, 1984; Ambre gris, poèmes accompagnés de cinq gouaches de Jacques Brault, 1985; Le goût de l'eau, poèmes en prose accompagnés de dix encres de Jacques Brault, 1991; L'espace où tournent les êtres, poèmes en prose accompagnés de photographies de l'auteur, 1996; Albert Lozeau, Oeuvres poétiques complètes, édition critique dans la collection «Bibliographie du Nouveau Monde», 2002; poèmes, proses, articles et comptes rendus dans de nombreux périodiques dont Liberté, Estuaire, L'Astrolabe, Voix et images, Lettres québécoises, Livres et auteurs québécois. De plus, il a participé à diverses rencontres, dont les congrès annuels de l'ACFAS, et à des émissions littéraires de la Société Radio-Canada. Sources : curriculum vitae; Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, 1989, p. 862-863.

Lepage, Yvan

  • Personne
  • 15 juin 1943-22 mai 2008

Lepage, Yvan G. Professeur, chercheur, auteur, critique. Sarsfield (Ontario), 15 juin 1943 – Ottawa (Ontario), 22 mai 2008. Marié à Françoise Lepage (1945 - 2010). Université d'Ottawa, B.A., 1964, licence ès lettres, 1967. Université de Poitiers, doctorat de 3e cycle, 1969. Université de Moncton, Département d'études françaises, professeur adjoint, 1970-1975, agrégé, 1975-1977, directeur, 1973-1976. Université d'Ottawa, Département des lettres françaises, professeur adjoint, 1969-1970, agrégé, 1977-1981, titulaire, 1981-2005, directeur intérimaire, 1981-1982, directeur, 1986-1989; Faculté des arts, secrétaire, 1982-1985, secrétaire et doyen adjoint 1989-2005; retraité, juillet 2005; professeur auxiliaire. Université d'Ottawa, Comité des publications médiévales, 1980-1999; Presses de l'Université d'Ottawa, Comité de direction de la collection «Amérique française», 1994-1999, Comité éditorial de la collection «Œuvres et auteurs», 2002-2008; «Bibliothèque du Nouveau-Monde», comité éditorial, 1996-2006, Corpus d'éditions critiques, directeur, 2006 -2008; Comité consultatif de la Société Rencesval Canada-États-Unis, 1998-2008; Éditions Honoré Champion, Paris, comité de publication de la collection «Moyen Âge - Outils et synthèses», 2002-2008, comité de patronage et de publication de la collection «Traductions des Classiques français du Moyen Âge, 2002-2008; Comité consultatif du Groupe de recherches sur les entrées solennelles (Grands travaux de recherche concertée du CRSH), 2003-2008; Éditions David, Codirecteur de la collection «Voix retrouvées», 2004-2008. Publications d'ouvrages : Guide de l'édition de textes en ancien français, Paris, Champion, «Moyen Âge/Outils et Synthèses», 2001; La Faculté des arts d'hier à demain / The Faculty of Arts : yesterday and tomorrow, en hommage à Marcel Hamelin. Université d'Ottawa. 2001; Germaine Guèvremont: la tentation autobiographique, Ottawa, Presses de l'Université d'Ottawa, «Œuvres et auteurs», 1998. Édition : Croire à l'écriture : études de littérature québécoise en hommage à Jean-Louis Major, sous la direction d'Yvan G. Lepage et Robert Major, Orléans, Éditions David, 2000. Éditions critiques : Les Rédactions en vers du Couronnement de Louis, édition avec une introduction et des notes, Genève-Paris, Droz, «Textes littéraires français», 1978 ; Œuvre lyrique de Richard de Fournival, édition critique, Ottawa, Éditions de l'Université d'Ottawa, 1981 ; Le Survenant de Germaine Guèvremont, édition critique, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, «Bibliothèque du Nouveau Monde», 1989 ; L'Œuvre lyrique de Blondel de Nesle, édition critique, avec introduction, notes et glossaire par Yvan G. Lepage, Paris, Champion, «Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge», 1994 ; Le Roman de Mahomet d'Alexandre du Pont (1258), édition critique précédée d'une étude sur quelques aspects de la légende de Mahomet au Moyen Âge, nouvelle édition, traduction, présentation et notes, Louvain-Paris, Peeters, «Ktèmata/Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge», 1996; Germaine Guèvremont, Marie-Didace, édition critique, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, «Bibliothèque du Nouveau Monde», 1996 ; Menaud maître-draveur de Félix-Antoine Savard, édition critique, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, «Bibliothèque du Nouveau Monde», 2004. Distinctions : Récipiendaire de Mélanges, La passion des lettres. Études de littérature médiévale et québécoise en hommage à Yvan Lepage, sous la direction de Pierre Berthiaume et Christian Vandendorpe, Ottawa, Les éditions David, 2006 (Voix savantes); Candidat de la Faculté des arts pour le Prix d'excellence en recherche de l'Université d'Ottawa, 1999 et 2000; Membre de la Société royale du Canada, Académie des lettres et des sciences humaines, 1997.

Sources : Dossiers administratifs CRCCF; curriculum vitae de Yvan Lepage; article dans l'Express, semaine du 27 mai au 2 juin 2008, [site Web] www.lexpress.to/archives, consulté le 11 mars 2010; Yvan G. Lepage : un universitaire accompli : http://www.lettres.uottawa.ca/InfoLettre/IF1/Lepage.pdf, [page web], consulté le 11 mars 2010.

Letellier, Armand

  • Personne
  • 1913-2003

Le Colonel Joseph Oscar Armand Letellier (1913-2003) a servi dans l’armée canadienne pendant la Deuxième Guerre mondiale et a été nommé Directeur de l’Organisation du Quartier général de la défense nationale (QGDN) en 1966. Il reçoit son brevet d’officier dans le Régiment de Hull en 1934 et il obtient un B.A. à l’Université d’Ottawa. En 1939, il passe au service actif et sert au quartier général de la 1ère Armée canadienne dans le Nord-Ouest de l’Europe. De retour au Canada après la guerre, il s’initie à la bureaucratie dans le bureau du secrétaire de la Défense au QGDN. Après avoir servi en Allemagne avec la 27e Brigade d’infanterie en 1952-1953, il revient au QGDN. Puis il part à nouveau vers la République fédérale d’Allemagne à titre de Commandant du 3e bataillon du Royal 22e Régiment. En 1959, il revient à Ottawa et est nommé sous-directeur de l’infanterie. Promu Colonel en 1962, il est affecté au Collège d’état-major de l’Armée canadienne à Kingston où il oeuvre comme commandant adjoint. En 1966, il est nommé Directeur de l’Organisation du QGDN. Le General J.V. Allard fait appel à ses services pour mettre en place un Secrétariat au bilinguisme chargé d’établir la politique de la réforme linguistique au ministère de la Défense nationale. Il occupe ce poste pendant six mois et prend sa retraite en juillet 1968. Après un long séjour à Kingston, le Colonel Letellier et sa famille font un séjour d’un an à l’Université de Grenoble en France. De retour à Ottawa, il est rappelé par le général J.A. Dextraze, devenu chef de l’état-major de la Défense et il exerce différentes fonctions civiles au QGDN de 1971 à 1977. Armand Letellier est décédé le 19 janvier 2003.

Lindquist, Carol Anne

  • Personne

Carol Anne Lindquist est née à Tecumseh, en Ontario. Jeune fille, elle s’amusait à jouer les hôtesses de l’air. Elle avait environ 10 ans quand son rêve s’est confirmé, lorsqu’elle est allée à l’aérogare Willow Run, à Detroit, où elle a passé quatre heures à regarder les avions décoller et atterrir et à observer les agentes de bord. Après ce voyage, elle s’est rendue régulièrement à l’aérogare de Windsor, prenant des photographies des hôtesses de la compagnie Trans-Canada Airlines (TCA) et leur demandant des autographes. Elle a également confectionné un album-souvenir de coupures de presse sur la TCA. Les agentes de bord en sont venues à bien connaître Carol Anne, et l’une d’elles, nommée Mary Vasco, a envoyé son nom aux services des affaires publiques de l’entreprise. Or, en 1954 (elle avait 13 ans), la TCA a proposé un vol d’un jour à Toronto à la jeune fille et sa mère, laquelle lui avait cousu un uniforme d’hôtesse de l’air aux couleurs de la TCA que Carol Anne a porté pendant le vol. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires en 1961, Carol Anne s’est inscrite à l’école de sciences infirmières. Pendant ses études, elle a fait son stage à bord d’un avion de la TCA, aidant les agentes de bord dans leurs tâches et ayant même pris soin d’un passager malade. Elle a obtenu son diplôme d’infirmière en 1964, puis a travaillé un an à Tecumseh. Le 25 juin 1965, Mme Lindquist a réalisé son rêve et est enfin devenue hôtesse de l’air à la TCA. Elle a fait ce travail de 1965 à 1966, mais l’a quitté pour se marier. Elle a été une membre active de l’association Canada Maple Wings après son départ de la TCA, ce qui lui a permis de maintenir ses liens avec Air Canada. Elle habite actuellement à Davidson, au Québec.

Litalien, Michel, 1964-

  • Personne
  • 1964-

Michel Litalien est né à Iserlohn, en Allemagne, le 14 novembre 1964. Il est à l’emploi de la Direction - Histoire et patrimoine depuis 1998 où il a successivement dirigé l’équipe des Journaux de guerre, la section des Récompenses et distinctions honorifiques (DHP 4) et, depuis 2003, celle des Musées des Forces canadiennes et collections historiques (DHP 5). Il a obtenu son baccalauréat en histoire à l’Université de Montréal et il détient une maîtrise en histoire de l’Université d’Ottawa. Il sert au sein des Forces canadiennes depuis 1982 et détient présentement le grade de major. Logisticien de formation militaire, il a servi notamment au sein de bataillons des services et d’unités de soutien logistique. Il a un grand intérêt pour l’histoire militaire du service de Santé, des services de soutien et du Canada français en général. Il est l’auteur de cinq ouvrages ainsi que de nombreux articles. Il a également écrit pour le « Dictionnaire biographique du Canada ».

Lizotte, Guy (GL)

  • Personne
  • 1953 - 2001

Guy Lizotte, aussi connu comme le poète de Coppell, est né le 12 février 1953. Il aimait se présenter comme le p’tit gars de St-Pie-X puisqu’il était originaire de cette communauté, maintenant amalgamée à Hearst. Passionné de la nature et apprécié de toute la communauté artistique franco-ontarienne, il a contribué à l’effervescence culturelle qui a caractérisé la francophonie nord-ontarienne au cours des années 1970. Son premier recueil de poésie, Cicatrice, est publié en 1977, alors que le deuxième, La Dame Blanche, paraît en 1981. Au cours des années 1980, il travaille bénévolement et sans relâche à la réalisation d’un de ses rêves : la fondation d’une radio à Hearst. CINN, la Radio de l’Épinette noire, radio communautaire de Hearst, entre officiellement en ondes en décembre 1988. Guy Lizotte en est alors le directeur.

Au cours des années 1990, il œuvre comme travailleur social tout en poursuivant des études dans le domaine. L’Université Laurentienne lui décerne son diplôme, un baccalauréat spécialisé en service social, quelques semaines après sa mort, en 2001. En 2002, la maison d’édition Le Nordir, réédite une version définitive des deux recueils, intitulée Reprises, poésie.

McAndrew, Bill, 1934-

  • Personne
  • 1934-

Bill McAndrew (1934-) est un ancien combattant, il a été professeur à l'université et historien au Service historique. Il a publié plusieurs livres, tels “Battle Exhaustion: Soldiers and Psychiatrists in the Canadian Army 1939-1945” (avec Terry Copp), “La libération : les Canadiens en Europe” (avec Bill Rawling et Michael Whitby) et "Les Canadiens et la campagne d'Italie, 1943-1945". Les oeuvres du Dr. McAndrew ont aussi été publiées dans plusieurs revues professionnelles et il dirige de façon régulière des visites des champs de bataille en Europe.

Moriceau, Christophe

  • Collectivité
  • fl.2015

Christophe Moriceau est un plongeur et un historien qui s’est concentré sur l’histoire maritime. Il a également écrit l’article « U 165 septembre noir sur le Saint-Laurent ». Il vit présentement, en 2015, à Saint-Avertin, France.

NovaQUINTech

  • Collectivité
  • 1991-1997

Pour plus d'information sur la compagnie NovaQUINTech, veuillez voir la notice d'autorité pour la société Camions Pierre Thibault Inc.

Noël de Tilly, Louis, 1927-

  • Personne
  • 1927-

Louis Noël de Tilly est né au Québec en 1927, dans un milieu majoritairement anglophone. Après des études à Montréal, il rejoint l'aviation canadienne en 1949 où il prendra du service à titre de navigateur dans les trois commandements opérationnels de l'ARC. En plus, divers stages administratifs lui seront confiés. En 1971, il se retire de l'aviation avant de rejoindre la Commission de la Fonction publique à la suite de l'ouverture d'un poste.
En 1973, il passe au Secrétariat du Conseil du trésor. Noël de Tilly a surtout été responsable de la liaison, mise en oeuvre et suivi du programme des langues officielles dans les ministères et agences fédéraux. C'est pour cette raison que la Direction - Histoire et patrimoine lui a réservé un fonds (91/237) réunissant ses papiers personnels impliquant l'implantation de la Loi sur les langues officielles au Ministère de la Défense nationale ainsi que dans les Forces armées canadiennes.

Orenda Engines Limited

  • Collectivité
  • 1955 -

Pour plus d'information sur la compagnie Orenda Engines Limited, veuillez voir la notice d'autorité pour la société Hawker Siddeley Canada Limited.

Otto Pick and Sons Seeds Limited

  • Collectivité
  • 1947-2013

Otto Pick et Marie Jakesova se sont mariés en 1935 dans la province de Bohême, en République tchèque. Trois ans plus tard, pressentant la menace de la guerre, ils ont immigré au Canada avec leur fils et la sœur de Marie. Ils ont commencé leur vie au Canada sur une ferme au sud de Caledonia, en Ontario. La terre n’était pas fertile, et la famille a donc déménagé à Streetsville (maintenant Mississauga), en Ontario, en 1940. Otto s’est trouvé du travail dans des ateliers de mécanique avant d’établir la Tomart Machine Shop, sur la rue King. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Otto est revenu à ses racines d’agriculteur et a intégré le groupe Greenland Permanent Pastures. En 1947, il a décidé d’établir sa propre entreprise qu’il a baptisée Otto Pick Agricultural Services. Au début, l’entreprise n’avait qu’un seul fournisseur, Middlesex Seeds of London; les commandes étaient livrées par voie ferroviaire à la gare la plus près, et le paiement s’effectuait au comptant, sur réception. À l’époque, Otto Pick était le seul représentant commercial de l’entreprise. La compagnie a déménagé dans des nouveaux locaux plus spacieux, en 1950, sur la rue Yonge, à Richmond Hill, toujours en Ontario, puis un entrepôt et de l’équipement de mélange ont été ajoutés aux installations, en 1952. Des vendeurs ont également été engagés pour desservir des régions de l’Ontario et du Québec. Marie Pick s’occupait des livres, notant les commandes des vendeurs, les dates de livraison, les prix, le poids des marchandises ainsi que tous les autres renseignements sur les commandes, les clients et les transactions bancaires. Otto Pick est décédé en 1959. Après son décès, Marie et ses fils, Martin et Tom, ont continué d’exploiter l’entreprise, laquelle a été renommée Otto Pick and Sons Seeds Limited, en 1962. L’entreprise s’est dotée d’une petite usine de réception et de nettoyage à Winnipeg, au Manitoba, en 1964. Deux ans plus tard, elle a fait l’acquisition de la Southern Ontario Seed Company de New Dundee, en Ontario, un achat qui l’a fait entrer dans le marché des semences de maïs. En 1969, Pick and Sons a fait construire un entrepôt de distribution à Saint Hyacinthe, au Québec, et l’année suivante, a établi la Pickseed West à Albany, en Oregon, en partenariat avec W. Kent Wiley. L’entreprise a pris encore plus d’expansion dans les années 1980, en faisant l’acquisition des services de semences de Maple Leaf Mills (Hogg & Lytle), du groupe Roberts Seeds, Agway Inc. (à Albany, en Oregon), des actifs canadiens d’AgriBiotech, dont Oseco Inc. et Rothwell Seeds Inc., de Seed Research (Corvallis, Oregon), et de Farm Pure Seeds de Nipawin, en Saskatchewan. Un centre de distribution a été établi à Sherwood Park, en Alberta, en 1986, suivi d’un entrepôt à Abbotsford, en Colombie-Britannique, en 1997. Pendant cette période d’expansion, le siège social de l’entreprise a été déplacé à Lindsay, en Ontario, en 1993. Avec toutes ces acquisitions, ses revenus combinés ont fait du Pickseed Group of Companies l’acteur le plus important au Canada dans le domaine des semences de gazon et de plantes fourragères, et une des cinq plus importantes entreprises au monde dans ce secteur. Le groupe Pickseed a été vendu, en 2013, à l’entreprise DLF Trifolium Landboforingers, mieux connue aujourd’hui sous le nom de DLF Pickseed Canada.

Ouellette, Michel

  • Personne
  • 15 septembre 1961-

Michel Ouellette. Smooth Rock Falls (Ontario), 15 septembre 1961- . Auteur dramatique, parmi ses principales pièces : Corbeaux en exil, 1992; French Town, 1994, réédition en 1996 et 2000 (Prix littéraire du Gouverneur général du Canada, 1994; finaliste, Prix Trillium du gouvernement de l'Ontario, 1995); Le bateleur, 1995;L'homme effacé, 1997; La dernière fugue, suivi de Duel et King Edward, 1999 (finaliste, Prix Trillium, 2000); Requiem suivi de Fausse route, 2001 (finaliste, Prix littéraire du Gouverneur général du Canada, 2001); également auteur d'un premier roman, Tombeaux, 1999. Prix du Consulat général de France (Toronto), remis au Salon du livre de Toronto en 1995, avec la participation à la Fête du livre de Saint-Étienne (France), octobre 1995; lauréat du concours d'oeuvres dramatiques de l'Association des théâtres francophones du Canada pour Aux voleurs, 2000. Dramaturge en résidence, bourses du Conseil des arts de l'Ontario : Théâtre Trillium, Ottawa (Ontario), printemps 1990; Théâtre du Nouvel-Ontario, Sudbury (Ontario), saison 1991-1992. Écrivain- résident, Festival international des francophonies en Limousin, Limoges, séjour de trois mois, 1996 et 1997, bourse du Centre national du livre du ministère de la Culture, France. Auteur en résidence, Département des lettres françaises de l'Université d'Ottawa, automne 1998. Auteur invité, La Fabrique de Théâtre, Belgique, mars 1999. Auteur en résidence avec sept auteurs de la francophonie, Résidence québécoise des auteurs dramatiques du Centre des auteurs dramatiques, Orford (Québec), mai 2000. Présentations et lectures publiques de ses oeuvres par les compagnies suivantes : Théâtre du Nouvel-Ontario (Sudbury, Ontario), Théâtre du Trillium (Ottawa, Ontario), Compagnie Vox Théâtre (Ottawa, Ontario) et Théâtre La Capapulte (Ottawa, Ontario) ainsi que lors de la Semaine de la dramaturgie québécoise au Théâtre d'Aujourd'hui (Montréal, Québec) et lors des Quinze jours de la dramaturgie des régions (Ottawa, Ontario). Théâtre Action : secrétaire-trésorier, 1990-1991; président, 1991-1995 et depuis 2000. Association des auteures et auteurs de l'Ontario français, vice-président, 1998-2000. De plus, membre de l'Association québécoise des auteurs dramatiques (Montréal, Québec) et du Centre des auteurs dramatiques (Montréal, Québec). Source : curriculum vitae.

Pariseau, Jean, 1924-

  • Personne
  • 1924-

Jean Pariseau (1924-) a servi dans l’Aviation Royale du Canada et ensuite dans l’Armée canadienne avant de devenir historien en chef à la Direction du service historique. Né à Montréal en 1924, il déménage plus tard en Alberta où il complète son éducation élémentaire avant de poursuivre son cours classique au Collège Saint-Jean à Edmonton. Il s’enrôle dans l’Aviation royale du Canada (ARC) comme pilote en 1943. En raison d’un surplus d’aviateurs, il demande une mutation à l’infanterie et devient sergent- instructeur avant d’être licencié en 1946. Durant la Guerre de Corée, il s’enrôle de nouveau, reçoit une commission d’officier et est mute à l’armée régulière avec le régiment Princess Patricia’s Canadian Light Infantry à Calgary. Il sert ensuite en Allemagne, à l’École royale canadienne d’infanterie ainsi qu’au Congo belge en 1960 au sein des troupes de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

En 1966, il est muté au Quartier Général de la Défense Nationale (QGDN) à Ottawa à titre d’officier d’état-major, puis il se retrouve à nouveau au sein des troupes de l’ONU à Chypre en 1968. Au cours des années 1970, Jean Pariseau s’oriente vers l’histoire militaire et est muté au Service Historique de la Défense Nationale où il participe à la rédaction de premier tome de l’histoire militaire de l’ARC. Entre temps, il se mérite une maîtrise en histoire de l’Université d’Ottawa. Licencié des Forces armées en 1973, il travaille d’abord au bureau du Commissaire aux langues officielles avant de revenir au Service historique de la Défense Nationale à titre d’historien en chef de la section francophone nouvellement créée. Il occupe ce poste jusqu’en 1989, date à laquelle il prend sa retraite. Dans l’intervalle, il prépare une étude détaillée sur le bilinguisme au sein du Ministère de la Défense Nationale et il obtient un doctorat ès lettres en histoire du Centre d’études d’histoire militaire et de la Défense nationale à l’Université Paul Valéry, à Montpellier en France.

Sa thèse s’intitule : Les Forces armées et le maintien de l’ordre au Canada, 1867-1967: un siècle d’aide au pouvoir civil. En plus d’avoir rédigé, commenté et traduit plusieurs articles et ouvrages publiées, Jean Pariseau a également été président de la Commission canadienne d’histoire militaire et membre fondateur du Comité de bibliographie de la Commission internationale d’histoire militaire.

Parkhill, Douglas F., 1923-1995

  • Personne
  • 1923-12-19 - 1995

Douglas Freeman Parkhill est né le 19 décembre 1923. Il a obtenu son baccalauréat en génie électrique à l’Université de Toronto en 1949. De 1949 à 1951, il a travaillé pour la société Canadian Comstock, sur le projet de conversion de fréquence de 25 à 60 cycles, dans le sud de l’Ontario. Ensuite, il a travaillé en tant qu’ingénieur de systèmes à Computing Devices of Canada Ltd, à Ottawa. Il a brièvement œuvré à AVCO of Canada Limited, à Toronto, en tant que superviseur des services d’ingénierie, avant d’être nommé directeur adjoint des systèmes informatiques et électroniques à AVCO, cette fois à Wilmington, au Massachusetts. En 1958, Parkhill est devenu ingénieur en chef aux services de développement avancé à la société General Dynamics à Rochester, New York. Son poste suivant a été à la société MITRE à Bedford, au Massachusetts, de 1961 à 1969, où il est devenu directeur des systèmes de communication par satellite.

En septembre 1969, Parkhill entre en fonction au ministère des Communications à Ottawa, à titre de directeur général des services des politiques, de la planification et des programmes. Il a été nommé sous-ministre adjoint (planification) en 1970; en cette qualité, il était responsable de la politique téléinformatique canadienne. Il était également membre du comité des politiques de l’informatique et des communications de l’OCDE qui offrait ses conseils aux gouvernements sur les changements entraînés par l’informatisation. Son dernier poste au ministère a été celui de sous-ministre adjoint (recherche), à partir de 1974; il était responsable des communications par satellite, des communications informatiques, du développement de réseaux de fibres optiques et de la transmission d’images, pour ne nommer que ces dossiers. Parkhill a été une des forces motrices dans le développement du Télidon, un système de vidéotex et télétext de conception canadienne, en partenariat public-privé. Parkhill a d’ailleurs reçu le Prix pour services insignes du gouvernement du Canada, en 1982, pour son travail dans ce domaine.

De 1956 à 1984, Parkhill a écrit de nombreux articles et donné plusieurs conférences sur l’évolution de la place qu’occupent les ordinateurs, les réseaux informatiques et les technologies de communication, sur les défis à relever ainsi que sur le rôle du gouvernement fédéral dans ces domaines. Il a également rédigé une cinquantaine de rapports classifiés sur les systèmes informatiques militaires, les systèmes spatiaux militaires, les systèmes de contrôle par satellite et autres sujets. Parkhill est notamment l’auteur de The Challenge of Computer Utility (1966), et de Gutenberg Two: The New Electronics and Social Change (1979), en collaboration avec Dave Godfrey.

Suivant sa retraite de la fonction publique, en avril 1984, il a été mandaté par la sous-ministre (communications) pour rédiger l’historique de l’industrie du vidéotex et du télétext en Europe, en Asie, aux États-Unis et au Canada. Son manuscrit sur le développement du Télidon intitulé The Beginning of a Beginning est paru en 1987.

Perret, Pierre

  • Personne
  • fl.2008

Pierre Perret est partiellement à la retraite et opère une petite boutique de souvenirs à Orbec, une ville en Normandie, France.

Petrowski, Minou

  • Personne
  • 1931-

Petrowski, Minou. Journaliste, critique et auteure. Nice (France), 1931 - . Études au Lycée de Nice. Société Radio-Canada, Montréal : journaliste, critique de cinéma et animatrice. Membre : Union des artistes; Société des auteurs, recherchistes, documentalistes et compositeurs (SARDEC). Prix Judith-Jasmin, 1975, pour son émission « Les Dames de la Rouge» . Publications : Un été comme les autres, 1963; Le Gaffeur : nouvelles, 1963; Le Passage, 1966; Heureusement qu'il y a des fleurs, 1970. Collaboration aux périodiques Séquences et Clin d'oeil. Sources : Dossiers administratifs CRCCF; Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec, tome IV, p. 366, 656-657, 922; Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec, tome V, p. 386.

Pierre Savard

  • Personne
  • 10 juin 1936-4 octobre 1998

Savard, Pierre. Historien et professeur. Québec (Québec), 10 juin 1936 - Ottawa (Ont.), 4 octobre 1998. Séminaire de Québec, B.A., 1957. Université Laval : licence ès lettres (histoire), 1960; doctorat ès lettres (histoire), 1965. Université de Lyon (France), diplôme d'études supérieures (histoire), 1961. Université Laval : chargé de cours et professeur, 1961-1971; directeur du Département d'histoire, 1970-1971. Université d'Ottawa : professeur depuis 1972; directeur du Centre de recherche en civilisation canadienne-française, 1973-1985; membre du collectif de chercheurs DOPELFO (Documents pédagogiques en langue française pour l'Ontario), 1979; directeur du Département d'histoire, 1985-1988. Gouvernement de l'Ontario, Conseil des arts de l'Ontario, président du Groupe d'étude sur les arts en Ontario français, 1977. Membre de plusieurs organismes : Revue d'histoire de l'Amérique française, directeur, 1972-1975; Société des professeurs d'histoire du Québec, président fondateur; Conseil international des études canadiennes; Conseil d'administration de la Fondation d'études du Canada; The Multicultural History Society of Ontario; Société historique du Canada; Comité international d'historiens et de géographes de langue française, section québécoise; Conseil international des études canadiennes. Société des Dix, 1979; Société royale du Canada, 1975. Professeur de l'année, Faculté des arts, Université d'Ottawa, 1997. Publications : Jules-Paul Tardivel, la France et les États-Unis, 1851-1905, 1967 (prix Raymond-Casgrain); Jules-Paul Tardivel (textes choisis et présentés par Pierre Savard), 1969; Le Consulat général de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1914, 1970; La Ville de Québec au miroir de la littérature, 1860-1900, 1971; Aspects du catholicisme canadien-français au XIXe siècle, 1980. En collab., Aspects de l'enseignement au Petit Séminaire de Québec (1765-1945), 1968; Cultiver sa différence - Rapport sur les arts dans la vie franco-ontarienne présenté au Conseil des arts de l'Ontario, 1977; François-Xavier Garneau, 1809-1866, 1978; La Voix de l'Ontario, 1913-1920, 1980; The Quebec and Acadian Diaspora in North America, 1982; Les Textes poétiques du Canada français 1606-1867, 12 vol., 1988-; Dictionnaire de l'Amérique française, 1988. Collaboration à plusieurs périodiques : Livres et auteurs québécois, Culture, Recherches sociographiques, Revue d'histoire de l'Amérique française, Contact, Revue de l'Université d'Ottawa, Mémoires de la Société royale du Canada, Bulletin du Centre de recherche en civilisation canadienne-française, Société canadienne d'histoire de l'Église, Revue d'histoire diplomatique, Cahiers des Dix. Sources : Dossiers administratifs CRCCF; Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, p. 1226-1228.

Résultats 101 à 120 sur 19522